Mali

télécharger

La guerre du Mali est un conflit armé qui a lieu dans le nord du Mali depuis 2012, à la suite d’une insurrection de groupes arméssalafistes et indépendantistes. Le nom de guerre de l’Azawad est également parfois utilisé selon le point de vue des indépendantistes revendiquant l’autodétermination du territoire de l’Azawad. Elle prend place dans le contexte de la rébellion touarègue.

La guerre au Mali est une des conséquences de la guerre civile libyenne. Après le renversement du régime de Kadhafi, des arsenaux militaires sont pillés par des groupes armés, tandis que des mercenaires touaregs au service de la Jamahiriya arabe libyenne fuient vers le Sahara et rejoignent des mouvements rebelles avec armes et bagages.

Le 17 janvier , les rebelles touaregs du MNLA (indépendantiste) et d’Ansar Dine (salafiste) déclenchent la cinquième rébellion touarègue contre le Mali. Bientôt rejoints par les djihadistes d’AQMI et du MUJAO, ils prennent Aguel’hoc, Ménaka et Tessalit. À la suite de ces défaites, une partie de l’armée malienne tente un coup d’État en mars qui provoque des affrontements entre « bérets verts » et « bérets rouges » et désorganise les opérations au nord. Les rebelles en profitent et s’emparent de Kidal, Tombouctou etGao. Le 6 avril, le MNLA annonce la fin de son offensive et proclame l’indépendance de l’Azawad. Les combats ont alors fait des centaines de morts et des centaines de milliers de réfugiés.

Cependant les rebelles se déchirent à leur tour. Les divergences entre le MNLA et Ansar Dine brisent leur alliance et en juin, les indépendantistes sont chassés de Gao par le MUJAO et AQMI et doivent abandonner Tombouctou. En novembre, le MNLA tente une contre-attaque, mais il est repoussé près d’Ansongo, puis il perd le contrôle de Ménaka.

Fin 2012, les négociations échouent et en janvier 2013, les djihadistes salafistes lancent une offensive sur Ségou et Mopti au sud du Mali. Cette attaque provoque l’entrée en guerre de la France, avec le lancement de l’opération Serval, et de plusieurs pays africains de la CEDEAO dans le cadre de la MISMA. En quelques jours, les islamistes sont repoussés à Konna et Diabaly, puis Gao etTombouctou sont reprises. Les forces djihadistes en déroute abandonnent les villes, dont certaines comme Kidal sont reprises par le MNLA, et se retranchent dans l’Adrar Tigharghar, situé dans l’Adrar des Ifoghas. En mars, Tigharghar, la principale base djihadiste au Mali, est conquise au terme d’une offensive franco-tchadienne.

La plupart des combattants islamistes désertent, changent de camp ou fuient à l’étranger. Quelques-uns cependant, en particulier des vétérans d’AQMI et du MUJAO, tentent de poursuivre une guérilla et lancent quelques attentats-suicides. De fortes tensions et quelques heurts opposent également le gouvernement malien aux indépendantistes qui refusent la venue de l’armée malienne dans la région de Kidal. Finalement le 18 juin 2013, après deux semaines de négociations, le gouvernement de transition malien et les rebelles du MNLA, du HCUA et du MAA signent un accord de cessez-le-feu qui permet le retour des autorités maliennes à Kidal et la tenue de l’élection présidentielle le dans le nord du pays.

Des affrontements inter-communautaires se greffent également au conflit. Des combats ont ainsi lieu à In Khalil et Bordj Badji Mokhtar entre Touaregs idnanes (proches du MNLA) et Arabes bérabiches (proches du MUJAO, puis du MAA), à Anéfis et Tabankort entre Arabes lamhar (proches du MUJAO, puis du MAA) et Arabes kountas (proches du MNLA) et à Tin-Hama etAnchawadi entre Touaregs imghad (généralement loyalistes maliens) et Peuls (en partie proches du MUJAO).

De son côté l’ONU prend le relais de la MISMA et met en place la MINUSMA, tandis que l’Union européenne engage la mission de formation de l’Union européenne au Mali.

Les affrontements reprennent en mai 2014 entre les forces maliennes et les groupes armés autonomistes. Les Maliens sont vaincus à Kidal et chassés de la ville par les rebelles qui reprennent le contrôle de la quasi-totalité de la région de Kidal et de la plus grande partie de la région de Gao.

1024px-Le_Mali_confronté_aux_sanctions_et_à_lavancée_des_rebelles_islamistes_(6904946068)

 

Share Button

Facebook

Twitter

YouTube

%d blogueurs aiment cette page :